Ô automne, mon automne,
Offre-moi un tapis de feuilles
Où je pourrai enfouir ma nudité
Et m’endormir là une éternité
Telle une madone abandonnée

Dans l’humus des feuilles décomposées
Je trouverai enfin un sens
A cette existence sur cette Terre maltraitée
Je me réincarnerai en olivier
Car à quoi bon être humain

Si c’est pour se foutre de tout !