Un réveil dans les nuages
La lumière par le coton filtrée
Caresse mes joues mouillées
L’automne m’offre son mirage

Pour une fois m’abandonner
A ses feuilles délicates
L’automne si mal aimé
De sa douceur me gâte

Pleurer et mélanger mon sel
A la pluie qui ruisselle
Dans une immense gratitude
Verser là mon offrande