Le corbeau sur le faîte de l’arbre
Dévisageait le monde
A peine perturbé
Par le temps contrarié
De l’automne
Et moi je l’observais
D’en bas
Devant mon café noir
Rêvant pour quelques secondes
D’échanger nos places