L’envie de tout plaquer
De m’arracher à la réalité
M’enfermer dans une grotte
Hiberner pour ne sortir le nez
Que le printemps venu
Que de temps perdu
A courir après des chimères
A courir après des espoirs
Désespoir…

L’envie de me faire toute petite
Echapper aux regards des autres
Aux jugements malsains
Aux petites railleries
De cour d’école
Qui ne manquent pas de fuser
Refuser…

Il y a des jours comme ça
Où je ne crois plus en la nature
Humaine…
Si je n’avais ces grands cœurs
Qui m’aiment sincèrement
Pour me rappeler
Que malgré tout
La vie peut être belle

Merci à vous
Vous m’êtes tellement précieux !