Ton parfum imprègne mes narines
Imprime ton corps dans mes mains
Tes absences, je les dessine
Savoir tromper le temps à deux mains

Justement
Parlons de ce demain
Où le nous devient je
Où le jeu se dénoue
Où le nous est déjoué

Ton parfum persiste et signe
Un tatouage sur ma peau
Et sans cœur égratigne
Ma peau de cœur-bongo

Justement
Parlons de ce bongo
Qui de duo passe à solo
Sole mio à demi
Seul en si sans le do

Ton parfum sans ton âme
C’est aimer un fantôme
Fantoche pantomime
Me plongeant dans l’abîme

Justement
Parlons de cet abîme
Cet abysse infini
Dans mon cœur abîmé
Où nage mon amibe-âme

Ton parfum sur ma tombe
Et je tombe dans l’oubli
Mais ton parfum ici
A touché la palombe