L’arbre majestueux
Se moque du temps qui passe
Mon âge fois dix