Accepter l’évidence
D’une complicité perdue
Accepter le silence
D’un amour pourfendu

Tu étais mon dragon
Brûlant mes idées noires
Tu étais ma déraison
Allumant des espoirs

Les jours passent…
Aucune larme ne s’efface
Sur mon âme sans phare
De qui serai-je la popstar ?