D’un souffle léger
Je déshabille tendrement
Le pissenlit