Au revoir les faux amis
Se targuant d’être ceux qu’ils ne sont pas

Ouste aux indifférents
Laissant mes messages en suspens

Du balai les bourreaux
Jouant sans cesse au chaud-froid

Mais que reste-t-il alors ?
La beauté de ceux qui m’aiment vraiment